Un exercice simple pour parvenir à un très profond état de centrage (équilibrage) intérieur

https://www.yoga-integral.fr/wp-content/uploads/2013/03/1_meditation6827_2.jpgLe terme «centrage» a ici le sens de focalisation de l’attention sur son propre être et de vivre le moment présent (dans le sens de ne pas divaguer ou de ne pas projeter le mental dans les réminiscences des événements passés ou dans l’image des événements futurs). Ce «centrage» ou équilibrage de son propre être signifie aussi l’action d’harmoniser profondément ses énergies (mentales, spirituelles ou physiques), accompagnée par l’apaisement total de l’agitation psycho-mentale usuelle (pensées parasites, des émotions auxiliaires etc.). Dans cet état de centrage intérieur il nous sera beaucoup plus facile de concentrer notre attention sur n’importe quel sujet de méditation, car intérieurement nous sommes à la fois présents, lucides, détendus et de réceptifs envers les plans supérieurs.


Pour réaliser ce procédé très simple il est préférable de s’asseoir sur une chaise, avec la colonne parfaitement droite et toute la plante du pied au sol, les mains sur les hanches et les yeux fermés.
Nous réalisons d’abord une prise de la conscience sur le corps entier, de bas en haut, très lentement, des pieds jusqu’au sommet du crâne. En même temps, nous déconnectons en profondeur les segments musculaires sur lesquelles nous focalisons notre attention; la respiration découle naturellement, sans y intervenir.
https://www.yoga-integral.fr/wp-content/uploads/2013/03/1oeil_6827_1.jpgAprès avoir terminer cette «exploration» déconnectante sur tout le corps physique, nous allons concentrer notre attention sur l’acte respiratoire, qui continue normalement. Nous visualisons autour de nous une sphère de lumière blanche-brillante. Lorsque nous respirons, nous conscientisons que cette intense lumière blanche brillante pénètre aussi notre être de plus en plus, la remplissant en totalité, et lorsque nous expirons, nous conscientisons l’élimination de l’être des tensions, du stress, de l’anxiété, etc. (en d’autres termes, des énergies ou des influences maléfiques, de tous les aspects pervers). Nous continuons à respirer consciemment de cette manière jusqu’à ce que nous ressentions un état de relaxation profonde, doublée d’un état de paix, de sérénité et de joie intérieure. Si nous remarquons que le mental a tendance à divaguer, nous le ramenons doucement, mais fermement, sur le processus de la respiration décrit ci-dessus.
Ensuite (une fois l’étape précédente achevée avec succès), nous visualisons des petits canaux subtils énergétiques (NADIS) qui sortent par les pieds et par la zone inférieure de la colonne vertébrale et s’étendent de plus en plus, jusqu’à ce qu’ils arrivent à être comme des sui generis racines qui nous lient aux énergies subtiles bénéfiques de la terre. Nous continuons ce processus de visualisation créatrice combinée avec la respiration consciente jusqu’à que ce nous conscientisons comment ces «racines» bioénergétiques subtiles nous mettent en relation avec le centre de la terre, d’ici résultant un profond sentiment de sécurité et de tranquillité. Maintenant (après avoir achevé avec succès la phase précédente de l’exercice décrit ci-dessus), nous conscientisons le fait que nous pouvons «respirer» à travers ces «racines» subtiles; ainsi nous allons faire monter les énergies subtiles bénéfiques telluriques, captées du centre subtil de la terre, comme si nous aspirions un liquide avec une pompe et cette aspiration de l’énergie subtile bénéfique de la terre dans notre être va continuer jusqu’à ce que nous nous sentons «remplis» intérieurement par cette énergie vitale fondamentale.
https://www.yoga-integral.fr/wp-content/uploads/2013/03/72949_248587025275253_2017998510_n.jpgEnsuite, nous nous concentrons sur la zone du sommet du crâne (au-dessus de la tête), qui est étroitement liée à l’ouverture subtile secrète envers DIEU, BRAHMARANDRA. Nous visualisons ici comment de ce niveau commencent les canaux subtils énergétiques (NADIS) qui s’étendent de plus en plus jusqu’à ce que, finalement, ils s’étendent vers le ciel, nous mettant ainsi en relation avec le Soleil, avec les planètes, les étoiles et les galaxies. En même temps, pendant l’inspiration nous aspirons dans notre être, à travers ces canaux énergétiques subtils (NADIS), l’énergie subtile cosmique qui entre dans notre être par la couronne, jusqu’à ce que nous sentons que cette énergie cosmique remplit notre être tout entier. En outre, pendant l’inspiration, nous visualisons comment nous aspirons simultanément les deux courants subtils d’énergie bénéfique, celui tellurique et celui cosmique, les deux fusionnant de façon ineffable au niveau du cœur (Anahata Chakra), d’où ils vont rayonner de suite dans tout notre être.
Après cette étape, nous allons reprendre la prise de la conscience sur le corps et nous ouvrons les yeux légèrement. Nous conscientisons un état de profonde harmonie intégratrice et d’équilibre parfait dans tout notre être.

2 Commentaires

  1. Bonjour,
    Je souhaiterais savoir comment procéder lorsque le “brouhaha” intérieur n’arrive pas a cesser, lorsqu’il vient constamment dévier l’attention de la tentative de mise en méditation…
    Dans divers textes, j’ai aussi lu que la méditation passait par l’observation paisible des sentiments, pensées, émotions… je n’arrive pas bien à comprendre ce processus: lorsque j’essaye de “regarder” mes sentiments, émotions, pensées, je ne peux m’empecher de les analyser, de me demander pourquoi je réagis de telle façon, sans jamais vraiment comprendre, car de nouvelles théories et reminicsences/projections me viennent sans cesse à l’esprit… et le petit vélo dans ma tete recommence à dérailler…
    merci d’avance pour vos conseils…

    • Bonjour,
      Désolé du retard…Nous ne pourrons jamais controler le mental par le mental lui-même. Faut trouver autre chose. La seul chose capable de contrôler le mental c’est ce qui se trouve au-dessus: à savoir le supra-mental ou l’âme. Cherchez le, au-delà de tout le cirque que le mental représente. Il se trouve derrière la toile de fond derrière le “brouhaha”, regardez derrière, accédez derrière tout celà: vous trouverez la paix, le silence, l’infini…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.