Le Yoga et le Divin en Soi

Traditionnellement, les pratiques du Yoga sont bien plus que des simples exercices profanes. Système holistique de connaissance et de transcendance du monde et des êtres, le Yoga affirme clairement d’une part, l’existence du Divin et d’autre part, la capacité de l’être humain à le connaître.

Des siècles après que ces révélations aient été faites par les Rishis, l’histoire des abus commis au nom et sous couvert du “divin” a conduit les sociétés modernes à se définir comme laïques ou, selon la définition de ce mot, indépendantes de toute confession religieuse. Quant au Yoga, beaucoup de ses pratiquants occidentaux se sont empressés à l’amputer de sa dimension divine afin de le rendre, à leurs yeux, convenable dans un monde laïque.

C’est à notre sens, une erreur, fort heureusement facile à rectifier par une correcte mise en perspective.

Ainsi, la pratique intelligente du Yoga, dans le respect de l’intégralité de cette science millénaire, nous permet de :

1. Découvrir que Dieu existe ou autrement dit qu’il existe, dans notre univers intérieur une dimension psychique d’une richesse infinie.

Ainsi, Mandala Brahmana Upanishad, une des 19 Upanishad dites du Yoga, présente les différentes actions rituelles dites d’adoration de Dieu comme étant en réalité différentes phases de l’introspection. Ce texte classique du Yoga montre que la contemplation profonde de Dieu est en réalité l’état de calme du mental qui demeure “sans la moindre pensée”. Que l’onction de parfum des idoles ou la déambulation autour d’eux n’est rien d’autre que le fait de « contempler Atman tout et en tous » et de « demeurer immobile dans un état d’union avec la totalité ». La prosternation rituelle consiste en la pensée « Je suis » ; la parole révélée et le contact avec Dieu consistent dans la pratique du « silence » et de la « plénitude sereine qui s’en suit ». « C’est ainsi que tous les pratiquants du Raja Yoga vénèrent Atman. » nous dit cette Upanishad.

2. Atteindre Dieu, ou autrement dit d’explorer cette dimension psychique, par la pratique du Yoga, jusqu’à acquérir la véritable paix intérieure.

Le Yoga met l’accent sur l’effort et la pratique personnels. L’exercice constant, progressif, qui entraîne des transformations bénéfiques et irréversibles dans l’être du yogi est désigné par le mot sanskrit Tapas, qui vient du verbe Tap qui signifie « cuire ». Ainsi, par le Tapas, le yogi devient autre, de « cru » ou « naturel », il a accompli sa “cuisson” ou son « mûrissement » (cf. Y. Tardan-Masquellier, Le Yoga entre mythe et réalité, p. 29)

« Le Yoga est divisé en plusieurs genres, sur la base de ses effets : Mantra Yoga, Laya Yoga, Hatha Yoga et Raja Yoga. Mais les étapes suivantes leur sont communes : l’effort (Arambha), l’auto-discipline (Ghata), la connaissance intime (Parichaya) et la maturation progressive (Nishpatti). » Yoga Tattva Upanishad (traduction de M. Butex)

Que ces lignes des textes classiques de l’Inde inspirent tous ceux et toutes celles qui aspirent à connaître, par la pratique du Yoga et indépendamment de toute appartenance religieuse, Dieu en Soi, la Paix en Soi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.