La sexualité consciente. Comment nous relaxer dans l’ardeur

Pour l’homme commun, l’acte amoureux est plus une course à une grande excitation. La plupart des couples font l’amour d’une manière plutôt tendue, trop rapide, sans savourer les plaisirs raffinés de l’amour. Il est connu que l’excitation augmente simultanément avec l’amplification de la tension corporelle, qui atteint le maximum pendant l’orgasme avec décharge. Après ce moment, les deux tombent sur le lit relaxés, mais aussi épuisés. Ainsi, on peut dire que la façon ordinaire de faire l’amour connaît deux étapes: l’étape qui précède l’orgasme avec décharge – excitation et tension, et l’étape qui succède à l’orgasme avec décharge – relaxation et fatigue. Mais ce n’est qu’une des modalités possibles de faire l’amour.

Le tantrisme nous apprend comment vivre tout l’acte amoureux comme une alternance contrôlée entre excitation et relaxation et à unir les deux étapes dans une nouvelle manière de faire l’amour qui se ressemble beaucoup à la façon dont les amoureux vivent la première période de leur amour.Avant de voir comment il est possible de combiner l’excitation et la relaxation, voici une brève description de ces aspects:

La sexualité de l’homme commun a pour but l’excitation – dès les premiers regards et les vêtements jusqu’à la première approche, dès les premiers contacts physiques jusqu’à la stimulation des organes génitaux. Du fait que l’homme s’excite plus rapidement que la femme, l’acte amoureux, qui prend fin une fois que l’homme a éjaculé, a une durée plus courte. Cette incidence de l’homme sur la sexualité prend des formes extrêmes dans les cas de la pornographie et de la prostitution, les deux étant conçues presque exclusivement pour satisfaire l’homme à travers des stimulus puissants, excitants, provocateurs, rapides, où le concept de „bien-être” n’a aucune valeur.

La relaxation, d’autre part, est devenue en grande mesure une sorte de panacée, une solution à tous nos problèmes. Mais nous ne parlons pas de la modalité de relaxation qui sert à couvrir sous une couche de „tout va très bien, reste tranquille”, les monstres endormis en chacun de nous, mais de la relaxation authentique, qui émerge des profondeurs de notre être après avoir affronté les monstres et les avoir acceptés comme une partie de nous-mêmes.

Pendant la relaxation légère, les muscles se détendent et la respiration devient plus profonde; cette relaxation est superficielle, parce que si l’on approfondit ce processus, nos couches internes de défense diminuent la vigilance et certaines irritations (les émotions réprimées) commencent à resurgir. D’habitude à cet instant, la technique de relaxation prend fin pour la plupart des gens.

462275a9520302bab43be4c3c9886cfc
Ceux qui se sont dédiés à la méditation ou à la prière pendant plusieurs jours et ont commencé à traverser soit la couche de ce système de défense, soit celui des émotions, percevront qu’après la relaxation initiale apparaissent des turbulences successives. En pénétrant de plus en plus profondément à l’intérieur de l’être, on arrive à la source de la vitalité et de la sexualité de l’être, moment où nous nous sentons excités. Plusieurs êtres qui sont arrivés à ce niveau dans la méditation, ont peur de cette phase, parce qu’ils la ressentent comme une sorte de “déséquilibre mental” accompagné par des fantaisies érotiques puissantes et par une certaine nervosité. Plus la sexualité est un tabou puissant dans le milieu auquel ils appartiennent, plus cette étape devient malencontreuse et douloureuse.

On dit très fréquemment que dans la jeunesse on fait mieux l’amour et qu’ avec le passage du temps, l’intérêt vers la sexualité tend à diminuer. Des recherches de dernière heure montrent exactement le contraire: spécialement les femmes commencent à jouir beaucoup plus de l’acte amoureux après l’âge de 30 ans – et presque la moitié des femmes de plus de 40 ans déclarent que les fusions amoureuses s’améliorent du point de vue de la qualité, grâce à l’expérience et à une plus grande intimité. Justement au moment où nous ne nous attendons plus à des choses majeures et, finalement, nous nous relaxons, nous arrivons à la qualité, à la détente qu’on aurait pu avoir aussi auparavant, en nous acceptant tel que nous sommes en réalité. Et ce que nous sommes est souvent autre chose que ce que nous voudrions être, si nous pensons au fait que 35% des hommes – selon les statistiques – ne sont pas satisfaits de leur érection  et que 30 à 50 % des femmes ont souvent des problèmes dans l’atteinte de l’orgasme pendant l’acte amoureux.
Une phrase que nous entendons souvent est que, „avant de commencer les procédés tantriques, j’aimerais résoudre le problème.” En fait, le problème réside exactement dans cette conviction, dans l’idée que „tout d’abord je dois être bien et ensuite je pourrais commencer la pratique.” C’est une illusion. Dans la tantrisme il n’existe rien à obtenir, rien à dépasser, rien de tout ce que veut dire devenir autrement, parce que toutes ces convictions et tous ces efforts sont liés seulement à notre couche défensive qui nous séparent de notre être véritable. La conviction que nous devons être autrement que nous le sommes en réalité ne nous aide pas du tout, mais rend difficile notre développement personnel. De manière similaire, l’idée obsessive que „je dois être en érection” ou que „je dois avoir orgasme” ne fait que de créer une tension mentale ultérieure qui rendra difficile l’abord du plaisir et de la gamme d’émotions que nous traversons en faisant l’amour.
 4cf6c1322733c464b60b1fecafb6e13a

Lorsque nous parlons de la relaxation dans la cadre de la sexualité nous ne parlons pas du tout de la complaisance dans la paresse, mais un espace mental où tout devient possible, où nous nous ouvrons envers nous-mêmes et où nous attendons de voir ce qui se passera avec notre corps par la suite. Ainsi, l’axe dont on a parlé, excitation-relaxation, se transforme en un triangle grâce à l’apparition d’un troisième élément – la prise de la conscience. La relaxation forme “le récipient” qui contient l’excitation. Lorsque les deux sont en équilibre, elles forment une base stable pour augmenter la charge énergétique, mais aussi la prise de la conscience.

Les exercices suivants sont autant d’occasions d’expérimenter ce triangle excitation-relaxation-conscientisation d’une manière pratique:

Mouvements pelviens circulaires
Asseyez-vous sur un cousin face à face avec l’être aimé et commencez par conscientiser la respiration. Regardez l’être aimé pleins de transfiguration. Augmentez ensemble, graduellement, l’intensité de la respiration – en ayant la bouche entrouverte. Peut-être une fois arrivés ici, un son accompagnera la respiration, et que la charge énergétique qui existe entre vous augmentera. Laissez les rythmes de votre respiration se synchroniser. Il ne faut pas forcer, faites ainsi que cela se passe spontanément et commencez à remuer le bassin. Poussez le pubis en avant lors de l’expiration et retirez-le en inspirant, tel que le périnée se frotte légèrement sur le coussin. Il est important que, pendant toute la durée de l’exercice vous gardiez continu le contact visuel. Regardez-vous dans les yeux. L’attention reste focalisée constamment sur la respiration, qui à son tour sera synchronisée avec le mouvement du bassin. Pour le moment l’excitation n’est pas génitale, mais elle est créée par l’intermédiaire de la respiration profonde. Laissez-la se développer dans un état de relaxation et exécutez les mouvements tel que vous ne fatiguiez pas. Vous vous rendrez bientôt compte que ce mouvement ne vous fatigue pas, mais vous aide à détendre toute la partie inférieure du corps, à partir des jambes jusqu’au diaphragme.
 ad17ec20b749600fbd49347d696c1599
Lorsque ce mouvement vous mettra en connexion avec les émotions les plus profondes, il est possible de vous sentir embrassés d’une manière profonde du fait que vous maintenez le contact avec l’être aimé à travers le regard. Nous sommes plus habitués à être en contact soit avec nous-mêmes, soit avec l’être aimé: non pas les deux simultanément. Continuez. C’est le début de l’intimité.L’intimité ne veut pas dire interférer avec l’autre le plus longtemps que possible, mais être en syntonie simultanément avec nous-mêmes et avec l’autre. Dans cet état nous devenons vraiment réceptifs, parce que nous nous ouvrons en profondeurs et nous nous montrons à la personne aimée, en éloignant les voiles qui nous couvraient.

Réalisez cet exercice pendant 10 minutes, ensuite, à la fin, partagez les sensations, les sentiments, les pensées et les fantaisies vécues lors de la réalisation de cet exercice.

En devenant familiarisés avec la respiration synchronisée, avec le mouvement du bassin et le contact visuel, il est indiqué de réaliser quelques expériences qui incluront cette forme d’excitation prolongée pendant que vous faites l’amour:
–    réservez-vous plus de temps que d’habitude;
–    caressez-vous, excitez-vous, savourez le prélude;
– après la pénétration, ne commencez pas immédiatement les mouvements pelviens usuels, restez dans une position commode et détendue pendant environ 10 minutes;
–  ensuite commencez à remuer le bassin tel que vous l’avez fait pendant l’exercice préparatoire, étant assis sur un coussin: poussez le pubis en avant pendant l’expiration et retirez-le pendant l’inspiration;
–   lorsque l’excitation devient trop puissante, ralentissez le rythme, et lorsqu’elle diminue, augmentez le rythme, tel que vous vous mainteniez relaxés et excités simultanément même lorsque la charge énergétique s’accroît.

Continuez à jouer avec cet équilibre entre relaxation et excitation pendant au moins 10 minutes en remarquant que vous devenez de plus en plus lucides et conscients, et que les perceptions se raffinent. Vous allez commencer à percevoir des sensations fines dans le corps, à goûter d’une manière nouvelle l’excitation ou même à sentir des sensations différentes que celles que vous ressentez habituellement dans les organes génitaux. Observez attentivement toutes ces perceptions. Parfois il est possible d’expérimenter des sensations plus profondes, mais le plus souvent vous allez savourer divers changements qui tous ensemble, offriront à l’acte amoureux une qualité plus détendue, plus relaxée.

Les commentaires sont clos.