La génétique et le TANTRA – les secrets des neurohormones et le bonheur en couple (11)

Préparation, sublimation, effet d’avalanche – des conseils à mettre en pratique

Quelles sont les recommandations de la tradition tantrique pour la sacralisation de l’acte érotique ? Tout d’abord, créer en soi un état tout à fait spécial de transfiguration impliquant Anahata Chakra, Vishuddha Chakra, Ajna Chakra et même Sahasrara Chakra. La capacité à voir au-delà des apparences, de la forme, la capacité de transfiguration donc, est étroitement liée à notre aspiration à surmonter nos limitations humaines et tout ce qui est commun et ordinaire, à notre aspiration à nous élever, à nous spiritualiser.

     Une autre règle d’or pour un couple tantrique qui veut spiritualiser et sacraliser sa relation : que les amoureux ne se rencontrent que s’ils se sont préparés pour cela, en particulier s’il s’agit d’une rencontre érotique. Souvent pourtant, la situation est exactement inverse : les amoureux font l’amour justement parce qu’ils se retrouvent dans le même lit. C’est une situation fréquente, en particulier pour ceux qui vivent ensemble.

 

     Quelle préparation avant l’acte amoureux ? Bien sûr, les amoureux peuvent respecter le conseil de sublimer l’énergie sur les centres supérieurs à la fin, mais cela ne permet pas l’obtention préalable de la base hormonale harmonieuse pouvant soutenir un érotisme transfigurateur allant au-delà des instincts. C’est le problème qui se pose s’ils font l’amour simplement parce qu’ils sont dans le même lit, à portée de mains en quelque sorte. Peut-être même ont-ils déjà fait la consécration le matin, et ils ne pensent plus devoir la renouveler, et lorsque la fusion amoureuse prend fin, il est tellement tard qu’ils choisissent de dormir ensemble (sapant ainsi jour après jour leur capacité de polarisation) et, de plus, sans avoir réalisé de techniques de sublimation sur les centres supérieurs (produisant ainsi, sans le savoir, de la prolactine !). Il ne faut donc pas s’étonner si, au matin, lorsque l’homme se réveille et piétine des choses en allant à la salle de bain par exemple, la femme éclate de manière hystérique. Lui aussi va réagir de façon exagérée, son niveau de prolactine étant très élevé suite à la soirée précédente. Ils finissent par se disputer pour rien du fait qu’ils n’ont pas pris suffisamment soin de sacraliser et de transfigurer l’interaction érotique.

       À la fin de la fusion amoureuse proprement dite, il y a encore trois étapes. La première est la période de postlude pendant laquelle les amoureux sont enlacés, s’offrant des caresses très affectueuses et fusionnant avec la sphère de l’androgyne glorieux. C’est le moment où ils se dissolvent dans le Macrocosme, embrassés, unis, fusionnés. Si nous aspirons intensément à faire cela, Sahasrara s’éveillera. Puis, Ajna Chakra et la production hormonale de la glande pituitaire et pinéale, ainsi que l’activité de l’hypothalamus vont compenser le déclin naturel de la  dopamine, la diminution naturelle de phényléthylamine et éventuellement d’ocytocine. Les étreintes pleines d’amour, les caresses raffinées et douces et la sublimation des énergies vont continuer à produire par ailleurs de l’ocytocine, ce qui permettra de compenser les effets de la baisse de dopamine.

 

     Après le postlude vient la méditation de sublimation des énergies. Mais à quatre ou cinq heures du matin, ou à une autre heure impossible, avec des personnes très fatiguées qui ne se sont pas préparées pour la rencontre affective et érotique, qui sera encore capable de montrer un enthousiasme débordant pour la sublimation des énergies ? Qui fera des Oli Mudras (une technique de yoga de sublimation des énergies) pour être sûr que l’énergie a été sublimée, qui fera Shirshasana (une posture de yoga où l’on repose sur sa tête), etc. ?

e6b70553a9894565d14701066d893864

 

      Interrogé à plusieurs reprises, un maître spirituel a indiqué qu’à la fin de la fusion amoureuse, nous pouvions choisir les techniques que nous voulions pour sublimer les énergies depuis les centres inférieurs : par exemple, vingt minutes de Shirshasana en continu avec une focalisation adéquate au niveau d’Ajna Chakra et de Sahasrara ; ou bien une heure de Laya Yoga avec le premier mantra (une technique yogie de méditation) sur lequel nous nous concentrons fortement, ou bien encore une heure de Nauli Kriya (une technique de yoga pour sublimer les énergies). Évidemment, il est possible de pratiquer également d’autres techniques de sublimation – le nombre de minutes importent peu, c’est l’effet de la méthode utilisée qui doit être pleinement ressenti par celui qui sublime.

       Et enfin, la dernière étape est la séparation temporaire de deux amoureux qui doivent s’éloigner l’un de l’autre afin de déclencher “l’effet d’avalanche”. Alors, si même en respectant cette indication tantrique de séparation temporaire (pour la cristallisation des effets de l’éros sacré transfigurateur) la prolactine est sécrétée sans être compensée et qu’elle produit un tumulte émotionnel, il n’y aura pas d’association inconsciente avec la personne aimée (car par bonheur elle ne se trouve pas à proximité).

Les commentaires sont clos.