Anahata Chakra

Anathata ChakraLe principal centre ou foyer de contrôle et d’action du VAYU (l’air) est la région de la poitrine, qui est aussi le siège du VAYU GRANTHI (l’élément subtil lui correspondant est «l “air »). Le VAYU GRANTHI inclut et contrôle l’activité des cinq «glandes » principales – les poumons, le cœur, le thymus et les glandes qui produisent des cellules – à côté d’une multitude de glandes secondaires subordonnées ou dérivées d’elles. L’air est l’élément principal ou la force de protection et d’action dans le corps. Les autres organes du corps peuvent se permettre, dans une certaine limite, un repos, mais ces deux organes ne peuvent pas s’arrêter, habituellement.

 

 

 

Anathata Chakra ou Vayu Granthi

 

Jour et nuit, ils doivent travailler. Un intervalle considérable de repos ou d’inactivité de leur part, hormis des performances yogies parfaitement possibles, signifie la mort immédiate pour le corps. Toutefois, aussi longtemps que toutes les glandes comprises et contrôlées par l’intermédiaire du VAYU GRANTHI restent normalement actives et en bon état, toutes les fonctions du système-corps qui dépendent de celles-ci se déroulent en harmonie.


Dans le cas de déséquilibres manifestés au niveau de ANAHATA CHAKRA, toutes les fonctions du système corps qui dépendent de celui-ci sont également perturbées. S’agissant de fonctions vitales, ces déséquilibres déterminent des effets graves, profondément perturbateurs de l’être. Du point de vue psychologique, la perturbation ressentie au niveau de ANAHATA CHAKRA détermine un état d’agitation mentale, état de mécontentement général, manque de tranquillité, suspicion, manque de confiance. Le corps d’un être confronté à une telle perturbation qu’il a maintenue inconsciemment pendant un certain temps, faiblit, les articulations deviennent rigides, la tête et les traits du visage deviennent instables, la respiration est chaotique, de manière prédominante thoracique et claviculaire.


La déficience qui peut résulter d’une faible activité de ces glandes, quand le centre (CHAKRA) est faiblement énergisé, ne peut être comblée par aucune autre glande du corps. L’activité des nerfs, des veines et d’autres organes du corps n’est plus correctement coordonnée et le système-corps tombe malade facilement.


D’un autre côté, l’être humain, dont ce GRANTHI est très bien éveillé et dynamisé, est sain, plein de vigueur et détient un auto-contrôle admirable. Il présente un tempérament très bien équilibré, une pureté de l’esprit et du cœur plein de candeur ; dans la majorité des cas il montre de l’enthousiasme et de l’altruisme. Un tel être est toujours attentif pour ne pas faire souffrir quiconque, impose du respect et de l’estime, attire l’affection des autres. Il s’agit, sans doute, d’une personne ayant VAYU GRANTHI comme fonctionnement prédominant dans la structure de son être. Les émotions puissantes, de nature affective, sont accompagnées de sensations physiques très plaisantes, localisées clairement dans la région du cœur.


Le manque de purification de l’être et la capacité de sublimation insuffisante des énergies inférieures, limitent la possibilité d’exprimer la nature affective. L’incapacité de quelqu’un de vivre dans le plan affectif est révélée souvent par des phrases du genre : « Il n’a pas de cœur » ou « Son cœur est mort ». Dans ces cas, l’être en cause se manifeste d’une manière prédominante au niveau des centres inférieurs de force, ses émotions étant déclenchées par des impulsions et des instincts grossiers spécifiques à ces niveaux bas. Le sentiment sublime d’ « Amour » peut être vécu seulement par ceux qui ont purifié déjà leur nature intérieure, sublimant leurs instincts grossiers et qui ouvrant leur âme, ont déversé plein de générosité leurs sentiments et émotions profondes.


La société actuelle, est encore incapable de construire un certain cadre de manifestation qui permette à l’être humain d’exprimer librement ses sentiments profonds et ses aspirations les plus élevées. Cette possibilité a été perpétrée uniquement dans le cadre de certaines communautés spirituelles restreintes, qui ont mis l’accent sur le processus de purification et d’élévation de la conscience par l’autoconnaissance. Le message Christique : « Aimes ton prochain comme toi-même » n’a pas été compris au niveau de sa signification profonde et c’est pourquoi l’humanité dans son ensemble n’a pas pu se hisser au niveau de la conscience affective.


Synthèse Anahata

 

Anahata est localisé dans la région du cœur. C’est un lotus de couleur noire comportant douze pétales de cou¬leur rouge vermillon et portant les lettres Ka, Kha, Ga, Gha, Nga, Chha, Ja, Jha, Nya, Ta, Tha, Cha. A l’intérieur, se trouvent deux triangles entrelacés de cou¬leur gris fumé renfermant un troisième triangle renversé « brillant comme dix millions d’éclairs » et contenant un Bana-Linga au sommet duquel se trouve une demi-lune jointe à un bindu. Dans le mandala, ce çakra prend la forme du cercle et est associé à l’air, symbo¬lisé par une antilope noire renommée pour sa rapidité. Son bija mantra est « Yam ». Sa divinité tutélaire est Isa aux trois yeux, le seigneur de la compassion paré de bijoux et vêtu d’un vêtement de lin blanc. Sa shakti est Kakini, de couleur jaune, assise sur un lotus rouge et tenant à la main le nœud et le crâne : elle exécute les mudras Abhaya et Varada ; elle est vêtue de noir et semble ivre de compassion.

 

Anahata régit le sens du toucher, la peau comme organe de perception et les mains comme organe d’action. La couleur qui lui est associée est le bleu.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.